Être ou ne pas être un leader conscient en 2018 ?

Dans la grande lessiveuse de notre environnement entrepreneurial et sociétal actuel, chacun de nous est confronté à la remise en question régulière de son engagement en tant que leader.


Une des clés pour se sentir aligné avec nos engagements de chaque jour est d’avoir une vision claire et porteuse, qui nourrira tout naturellement notre motivation, notre créativité, notre capacité à fédérer. Dans le cas contraire, nous serons plutôt contraints de subir les changements dictés par les réalités mouvantes du monde de l’entreprise.

Autrement dit, le choix est simple : surfer ou boire la tasse !

L’expression « leader conscient » apparaît de plus en plus dans le monde de l’entreprise et elle est parfois connotée avec une touche ésotérique, ou même elle donne une impression de déconnection avec les impératifs économiques actuels. Or c’est tout le contraire ! Pour Ikaara institution, la notion de leader conscient est au cœur des réalités et des enjeux de l’entreprise d’aujourd’hui, et nous avons identifié des leviers très concrets pour augmenter notre niveau de conscience au quotidien. Cela vaut la peine de regarder de plus près.


La question pourrait être : est-ce que je souhaite ou non être un leader conscient ?

Dans notre analyse de la situation du monde des entreprises, que ce soit le secteur privé ou public, la notion de leader conscient est associée à des mots-clés tels que : conscience universelle, élévation du niveau de conscience, vision claire et inspirante, place du monde digital comme agent de transformation  de l’entreprise.

Sur tout cela, je porte un regard pragmatique et néanmoins universel. Un leader conscient, c’est avant tout un leader qui lead (mène ?) sa vie de manière délibérée, engagée et responsable des choix qu’il fait et de leur impact positif, autant  sur lui, que sur les êtres avec lesquels il interagit. Ceci bien sûr s’élargit à son environnement en entreprise, et même sociétal.

La charte de Ikaara Institution intègre une vision à la fois holistique et en même temps très concrète du leader conscient en entreprise. Au cœur de la démarche, il y a l’engagement que chacun prend de contribuer par ses décisions et ses actions.

Une autre manière de regarder les choses est de situer le débat sur les résultats que j’obtiens et les bénéfices que j’en retire. L’élément central tient au fait que je jongle avec les impératifs actuels  pour me connecter à l’énergie positive du monde de demain en construction maintenant. J’identifie 3 conséquences notables, avec des bénéfices qui peuvent être source de joie, de même que ce que vit le surfeur sur une vague de 25 mètres tout en étant parfaitement conscient des enjeux, des choix et des risques, pour créer les conditions du flow décrit par les psychologues de la performance sportive ou artistique.


  1. Je surfe avec tous les changements de paradigme et je suis pleinement connecté aux enjeux sociétaux et de l’entreprise pour laisser émerger une inspiration et un esprit d’entreprise constructif.
  2. Je surfe avec ce qui est présent en m’affranchissant d’une vision réductrice, jugementale, faite d’à priori sur un monde qui peut sembler coincé dans ses contradictions, y compris mes propres contradictions internes.
  3. Je surfe avec ma vie, alors même qu’elle est en perpétuelle évolution.

Pour acquérir les bons réflexes du leader conscient qui surfe avec succès, cela demande de la méthode et de l’entrainement.


Je propose quelques pistes, chacune associée à des outils concrets que nous avons mis en œuvre dans nos programmes de transformation:

  1. Contribuer délibérément à son bien-être physique et psychique comme un prérequis pour cheminer vers la performance et la co-création
  2. Ne pas hésiter à remettre en question ses acquis dans la mesure où le changement intérieur ouvre sur la transformation de l’entreprise
  3. Créer une communauté bienveillante qui seule permet à chacun de s’épanouir et exprimer autant ses doutes que ses convictions de manière à construire ensemble, à inspirer.

Dans notre prochain billet, nous aborderons la notion de déploiement de la présence du leader conscient.

Christian Buschbeck 

Voir mon profil Linkedin

Nous contacter

IKAARA INSTITUTION s'engage à protéger et à respecter votre vie privée. Nous n'utiliserons vos données personnelles que pour administrer votre compte et vous fournir les produits et services demandés. Nous aimerions vous contacter ponctuellement au sujet de nos produits et services, ainsi que d'autres contenus susceptibles de vous intéresser. Si vous consentez à ce que nous vous contactions à cette fin, veuillez cocher la case ci-après :

J'accepte de recevoir d'autres communications de IKAARA INSTITUTION.

Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. Consultez notre Politique de confidentialité pour en savoir plus sur nos modalités de désabonnement, nos politiques de confidentialité et sur notre engagement vis-à-vis de la protection et du respect de la vie privée.

En cliquant sur « Envoyer » ci-dessous, vous autorisez l’entreprise IKAARA à stocker et traiter les données personnelles soumises ci-dessus afin qu’elle vous fournisse le contenu demandé.

Vous êtes ici : Ikaara » News & Témoignages » Actualité » Être ou ne pas être un leader conscient en 2018 ?